Non classé

Objectif développement personnel : allez-vous droit dans le mur ?

Si vous lisez cet article, c’est probablement que vous cherchez à devenir plus séduisant. Votre priorité : de la bonne grosse technique de drague, de la phrase qui fera mouche, du geste efficace. Très bien. Et après ? Croyez-le ou non mais sans objectifs précis, vous aurez beau déployer toute la technique du monde, vous n’irez nulle part. A la rigueur dans le mur, mais sûrement pas dans le lit d’une fille. Vous l’avez compris, nous allons parler aujourd’hui des objectifs en matière de séduction. Mais avant cela, j’aimerai faire une petite précision me concernant. En effet, vous l’ignorez sans doute mais je suis une personne profondément romantique, une personne qui croit en l’amour, au destin, aux belles rencontres et tout comme vous, je trouve a priori d’une tristesse absolue de devoir mêler histoires d’amour et objectifs. D’une manière générale, toute notre vie est régie par les objectifs. Que ce soit au travail ou dans notre vie personnelle, on passe le plus clair de notre temps à planifier des choses qu’on ne peut de toute façon pas maitriser. Nos histoires d’amour se devaient de rester le seul endroit où il était possible de s’abandonner totalement, de laisser faire les choses et de profiter des opportunités. Seulement voilà, en agissant de la sorte, rien ne se passe. Seul le temps passe. Et la solitude reste. D’ailleurs, mes dernières histoires n’ont fait que confirmer ce que je redoutais tant, c’est à dire une totale métamorphose des relations amoureuses sur fond de société de consommation. Facile à avoir, impossible à garder. Difficile dès lors de s’y retrouver. Faire le point sur ses objectifs est une façon d’y arriver. Lire cet article aussi.

Avant propos

J’ai toujours aimé les anecdotes. Parce qu’elles rendent la vie plus légère. Même si ce n’est qu’en apparence. Celle que je vais vous raconter aujourd’hui portera sur l’origine de cet article. En effet, il me paraît essentiel de vous faire comprendre que cet article, qui parle du lien qui peut exister entre les objectifs personnels et les relations amoureuses, ne m’est pas venu par hasard. Ce n’est pas en épluchant ma banane hier soir que je me suis dit que certains échecs amoureux pouvaient s’expliquer de manière rationnelle, mais bel et bien à la suite des différents constats que j’ai pu faire en coaching ou au travers de mon expérience personnelle.

L’idée de cet article ne m’est donc pas venue seul mais avec Alexandre. La première fois que nous l’avons évoqué, c’était lors d’une discussion dans le taxi qui nous accompagnait à la Gare de Lyon, à la fin de notre loft du mois de février. Nous sortions d’une semaine complète de coaching, c’est vous dire si notre esprit était totalement consacré et occupé par la séduction et ses différents aspects (technique, état d’esprit, etc.) Lorsque nous faisons connaissance avec nos élèves, nous sommes attentifs à ce qu’ils dégagent et bien souvent, à partir de cette première impression, nous tentons d’imaginer quelle pourra être l’évolution de chacun d’entre eux tout au long de la formation. Et bien figurez vous qu’ici, à l’heure du bilan, en comparant les résultats obtenus par les différents candidats, un constat étrange se dessinait sous nos yeux. Un constat à l’exact opposé de tous nos pronostics. Certains d’entre eux qui, de toute évidence, avaient le potentiel pour réussir, ont éprouvé les pires difficultés quand d’autres ont eu des résultats spectaculaires alors que rien ne le laissait présager.

Plus tard, lors d’un coaching personnalisé Alexandre et moi avons ressenti cette même sensation étrange. Ici pourtant, nos pronostics se sont avérés justes puisqu’avec un physique agréable, un style précis, et une communication (verbale et non verbale) maîtrisée, notre élève du jour a rapidement obtenu les résultats que nous avions prévu. Le problème était ailleurs. Très souvent, les apprentis séducteurs qui participent à un coaching s’imaginent qu’il est très difficile de draguer dans la rue ou dans un bar et que cela requiert des notions très poussées de communication. Ce qui est faux. Avec les techniques et les conseils que nous enseignons, il est très facile d’obtenir de bons résultats en un minimum de temps. Or, c’est totalement déroutant.

A l’école et d’une manière générale tout au long de notre vie, chaque apprentissage passe forcément par une difficulté, un effort et c’est tout logiquement que nos élèves s’attendent à retrouver la même chose lors d’un atelier de séduction. Quand ils découvrent la réalité, il se produit une sorte déclic et c’est alors qu’on voit apparaître deux types de candidats. D’un côté, ceux qui ont des objectifs clairs, précis, qui savourent leurs premières prises de numéros et qui jubilent à l’idée d’approcher des filles toujours plus jolies. Ce sont des personnes saines qui veulent obtenir des réponses précises à des questions précises sur la séduction. Ils n’ont pas placé d’autre espoir dans ce coaching. De l’autre côté, ceux qui n’ont pas d’objectifs. Bizarrement, ils placent dans cette formation un espoir immense, sans pour autant être capable de nommer précisément leurs attentes. Et comme ils n’éprouvent aucune difficulté particulière à séduire, ils ont l’impression de n’avoir rien appris et repartent particulièrement frustrés. Comme tous les gens perdus, ils ont recours à la causalité externe. Ils sont toujours victimes de quelque chose ou de quelqu’un, c’est pour cette raison qu’ils rejettent volontiers la faute sur l’enseignement, l’enseignant voire les deux. La causalité interne, c’est à dire accepter que le problème puisse venir de soi, demande une certaine remise en question de la part de l’individu. Or, ils en sont totalement incapables c’est pourquoi, d’après eux, leur responsabilité ne serait être engagée.

C’est précisément ce qui est arrivé lors de ce coaching. Pas moins de sept numéros de téléphone pour un candidat qui semblait totalement désemparé et perdu. Plus les heures passaient et plus la situation se dégradait. A plusieurs reprises, nous avons tenté d’en savoir plus sur lui, de l’interroger sur ses impressions, ses ressentis en insistant également sur le fait qu’il pouvait nous poser toutes les questions qu’il souhaitait. Mais rien. En deux jours, nous n’avons ni réussi à savoir ce qu’il voulait, ni ce qu’il pensait. Lui non plus d’ailleurs. Et c’est parce qu’il n’avait pas de questions précises que nos réponses n’étaient jamais les bonnes. Mais comment répondre correctement à une question qui n’existe pas ? Je l’imagine, cet élève est reparti terriblement déçu de ce coaching alors qu’en réalité, il avait toutes les raisons d’être satisfait de ses performances.

Affecté par cette nouvelle épreuve, je me suis alors définitivement décidé à écrire cet article. En me posant cette simple question. Quel était le point commun de tous ces candidats ? La réponse était évidente, les objectifs. Il y avait d’un côté des personnes avec des objectifs précis et concrets et de l’autre des individus avec des objectifs flous voire inexistants. Ce qui est insupportable dans la vie, ce n’est pas de se battre pour obtenir ce que l’on veut, mais de ne pas savoir ce que l’on veut. C’est logique. Les techniques de séduction que nous enseignons ne sont là que pour servir des objectifs. En appliquant bêtement des conseils dans le cadre d’une formation, vous allez obtenir quelques résultats quantifiables mais vous ne serez pas satisfait pour autant. Très vite, vous allez vous démotiver, perdre goût à la séduction et finalement vous refermez sur vous même. Alors avant d’entamer un profond changement dans votre vie sentimentale, comprenez bien que la séduction n’est qu’une infime partie de votre vie et que résoudre vos problèmes liés à la séduction ne résoudra jamais vos autres problèmes, sans doute plus profonds.

A l’abordage !

En rédigeant cet article, je me suis un temps posé la question de l’utilité de ce passage sur l’abordage. Dans mon imaginaire, un individu qui prenait la décision d’aller à la rencontrer d’une fille dans la rue ou dans un bar et de lui parler avait forcément des objectifs précis en tête. Puis, je me suis remémoré certaines scènes auxquelles j’avais assisté, certaines conversations auxquelles j’avais participé et très vite je me suis laissé convaincre de l’utilité d’un rappel sur les différents critères à respecter lorsqu’il s’agit d’aller à la rencontre de nouvelles inconnues.

Et pour ce faire, je vais être obligé de parler quelques instants de techniques de séduction. Vous le savez, il existe deux grandes écoles. Le « Direct Game » qui consiste à inviter directement une fille qui vous venez de croiser et qui vous a plu et le « Indirect Game » qui consiste d’abord à trouver un prétexte de conversation (service, avis etc.) pour ensuite faire connaissance avec une fille et enfin l’inviter à vous revoir. Parfait. Honnêtement, ces deux techniques se valent et je me garderai bien de vous orienter vers l’une ou l’autre. C’est un choix qui ne dépend que de vous. Quoiqu’il en soit, elles ont toutes deux un point commun. Elles ne laissent pas de place au hasard. Elles ont un but précis et commun qui est l’obtention du numéro de téléphone de la fille en question. La différence réside simplement dans les moyens mis en œuvre pour y arriver.

Et c’est vrai, un abordage réussi est un abordage ou des numéros de téléphones sont échangés. Les différentes techniques existantes ne sont là que pour servir cet objectif. C’est pour cette raison qu’elles obéissent toutes à un schéma précis avec un fil conducteur. Des premières paroles jusqu’aux dernières. Ce n’est ni plus ni moins qu’une liste d’étapes à valider pour mener à bien une interaction et obtenir quelque chose de concret. Bien évidemment, libre à vous de choisir vos mots, il n’est pas question de tout calculer. Pour mieux comprendre ce concept, j’utilise souvent une  comparaison qui, j’en suis sûr, ne manquera pas de vous aider. Pour moi, une conversation avec une fille s’apparente à un être humain. Schématiquement, un être humain est composé d’un squelette sur lequel est fixé la chair. Et bien dans une conversation, le fil conducteur représente le squelette et les mots que vous allez mettre dessus représentent la chair.

Nous sommes d’accord, prévoir à l’avance ce que l’on va dire à une fille est d’un ennui mortel. Très bien. Mais vous savez ce qui est pire ? Parler vingt minutes à une fille et repartir sans penser à lui demander son numéro de téléphone. Ne rigolez pas, cette situation est déjà arrivée. Alors qu’est-ce qui est le mieux pour vous ? Sacrifier un peu le naturel d’une conversation et repartir avec un numéro de téléphone ou se lancer dans une improvisation loufoque et repartir les mains vides ? Sans compter que cette sensation désagréable de réciter un texte appris par cœur n’est qu’une étape précise dans un processus d’apprentissage. Vous passerez rapidement outre.

Cette trame de conversation que vous avez en tête est une technique que vous n’utiliserez que lors de vos premières approches. Puis, à force d’entrainement, celle-ci finira par devenir totalement naturelle et vous serez plus libre dans vos conversations. Vous trouverez vos zones de liberté à l’intérieur de ce cadre. De plus, aborder une fille que vous ne connaissez pas reste impressionnant. Vous devrez gérer votre stress, vos émotions et une multitude d’informations extérieures (foule, imprévus, timing, etc.) Si vous n’avez pas un schéma clair en tête, il y a de grandes chances pour que votre interaction se solde par un échec. Prévoir un minimum sa conversation est rassurant et utile pour relancer dans les blancs lorsque vos émotions prennent le dessus.

De toute façon, en y réfléchissant un temps soit peu, on se rend finalement compte que toutes les interactions sont prévues et travaillées. Une personne qui interagit avec une autre (de sexe opposé ou non) prévoit forcément ce qu’il va lui dire. La seule différence réside dans le fait que ces personnes ne sont pas conscientes de ce processus. Pourquoi ? Parce que leurs interactions sont nécessaires et répondent à une demande jugée vitale (question, service, etc.) par le cerveau qui n’a pas le temps de réfléchir. L’instinct de survie prend le dessus. Dans le cas d’une interaction orientée séduction, c’est différent puisque la demande n’est pas jugée vitale et ne remet pas en cause la survie de l’individu. Elle répond simplement à un désir. Le cerveau se pose alors la question de l’utilité de l’interaction. C’est notamment ce qui nous fait hésiter à parler à une fille dans la rue. En préparant et en peaufinant votre interaction, elle sera rendue plus acceptable au cerveau qui l’accueillera de manière plus favorable. Préparer son interaction est donc également un très bon moyen de vaincre sa timidité et sa peur de l’approche.

J’aimerai conclure cette partie avec un exemple qui illustre parfaitement l’importance des objectifs lorsqu’il s’agit de l’abordage. Au travers de celui-ci, vous allez comprendre comment une personne qui n’a pas de but précis, intègre beaucoup moins bien les techniques de séductionEn racontant cette histoire, je le sais bien, vous allez me prendre pour un menteur. Un illuminé. Un de ces tarés qui explique comment il a vu des extraterrestres kidnapper son chien. Mais peu importe puisque cette histoire est vraie. En soirée, lors d’un coaching, Alexandre et moi étions assis à une table en train de boire un abominable cocktail dont seuls les barmen ont le secret. Nous observions nos différents élèves. L’un d’entre eux se trouvaient justement à nos côtés. Des filles passaient et repassaient. Jusqu’ici, rien d’extraordinaire me direz-vous. Soudain, une des plus belles filles de la soirée s’arrête, se retourne et se dirige tout droit sur notre élève pour entamer une discussion avec lui !

Je n’ai jamais été trop doué pour les mathématiques, mais s’il y a bien une chose que je sais, c’est que la probabilité qu’une fille, jolie de surcroit, prenne la décision de venir parler au garçon qui lui plait est quasi nulle. A titre de comparaison, c’est aussi rare que de décrocher le tiercé dans l’ordre sans avoir au préalable suivi les conseils d’Omar Sharif. Quoiqu’il en soit, nous décidions d’écouter attentivement ce spectacle de la nature. Un spectacle très court d’ailleurs. Quelques minutes tout au plus. Avec un résultat nul. Et pour cause ! Dérouté par cette situation où les rôles étaient inversés, notre élève a perdu tout bon sens et n’a pas eu la présence d’esprit de continuer la conversation. Ni de lui demander son numéro de téléphone d’ailleurs. A mon sens, c’est le cas typique d’une personne qui n’a pas d’objectifs clairs. Nous étions sortis du cadre « scolaire » et de l’exercice puisque ce n’est pas lui qui abordait la fille. Dès lors, il a jugé préférable d’interrompre cette interaction. Or, cet état d’esprit n’est définitivement pas celui d’un individu qui a décidé de s’investir pleinement dans le développement personnel. S’il avait précisément défini ses souhaits et ses objectifs en matière de séduction,  jamais il n’aurait laissé repartir cette jeune fille aussi rapidement. Il aurait immédiatement repensé à la trame de conversation que nous lui avions enseigné et, aussitôt après, il aurait orienté la discussion pour tenter de la séduire et d’obtenir son numéro de téléphone.

Euh… Allo ?!

Maintenant que vous savez aborder efficacement les filles, votre répertoire devrait logiquement s’étoffer assez rapidement. Ce qui est une bonne chose. Mais vous savez quoi ? Le plus dur reste à faire ! Et actuellement, si vos conversations téléphoniques ressemblent à « Alors voilà… En fait je t’appelais… Pour… Euh… » il est urgent de revoir vos objectifs en matière de conversations téléphoniques. Ce type d’appel restant en effet le meilleur moyen de se planter! Très bien. Mais alors on dit quoi à une fille au téléphone ? On lui parle du conflit Israélo Palestinien? On lui demande si elle aime les macarons ? Au risque de vous décevoir, ni l’un ni l’autre. Pourquoi ? Parce que toutes les filles aiment les macarons, que personne ne comprend le conflit Israélo Palestinien mais aussi et surtout parce que ces discussions ne sont pas efficaces et ne mènent nulle part. A mon sens, le seul objectif valable d’une conversation téléphonique, avec une fille que vous venez de rencontrer, est une invitation à vous revoir.

Pour mener à bien cette mission qui est désormais la votre, il existe quelques astuces que nous allons détailler ensemble. Mais avant cela, j’aimerai que vous compreniez l’utilité de bien maitriser votre conversation téléphonique. Je vous l’ai dit, l’objectif de votre appel est de réussir à revoir cette fille nouvellement rencontrée. C’est à dire que tous les deux, vous allez fixez un rendez-vous avec un jour, une heure et un lieu. Autrement dit, un appel téléphonique factuel, aussi excitant qu’une prise de rendez-vous chez le Dr. Duquennoy. A vous alors d’enrober un minimum votre message pour le rendre plus attractif. Le cas échéant, votre interlocutrice risque fort de s’ennuyer et de refuser votre invitation. Et si elle accepte, ce sera pour mieux annuler ensuite avec ce message « Mon cochon dinde s’est tordu une cheville, je ne pourrais pas venir ce soir. Dsl » Un appel factuel est toujours pénible. Il est indispensable de le teinter d’humour, d’ironie, de traits d’esprit et de toutes ces choses dont raffolent les filles. Pour résumer, vous devez lui offrir une robe Kiabi dans un sac Dior.

Pour y arriver, vous devez prendre le contrôle la conversation. Mais de manière subtile pour que cela passe inaperçu. Premièrement, ne prononcez jamais cette phrase « Tu te souviens de moi ? » Partez toujours du principe qu’on n’oublie pas une personne comme vous. Croyez moi, cette démarche qui consiste à l’aborder et à lui parler dans la rue est tellement peu courante qu’elle vous rend inoubliable. Deuxièmement, pensez à utiliser un ancrage (un événement ou une anecdote qui vous relie et qui est survenu lors de votre première rencontre) pour l’aider à situer qui vous êtes. C’est encore mieux s’il est accrocheur et sympathique. Là encore, le factuel est à éviter. Évidemment, il ne se produit pas, chaque fois, quelque chose d’amusant lorsqu’on rencontre une fille. Dans ce cas, soyez attentif à la fille en face de vous c’est à dire à certains détails de sa tenue ou de son langage. En lui reparlant de cela au téléphone, elle sera agréablement surprise d’apprendre que vous l’avez retenu. Elle se sentira unique et comprendra que vous lui accordez de l’importance.

Comme je vous le disais précédemment, votre conversation devra être drôle et légère. Votre patron vient de vous mettre une danse, vous avez crevé sur l’autoroute et vous n’avez pas de gilet fluorescent ? Félicitations, votre vie est pourrie. Et pour ne pas faire fuir l’élue de votre cœur, je ne saurai que trop vous conseiller de garder tous ces problèmes pour vous. Au téléphone et d’une manière générale, tout au long d’une interaction, gardez en mémoire que la priorité ce n’est pas vous mais la fille que vous êtes en train de séduire. Vous ne connaissez encore rien d’elle et plutôt que d’essayer de lancer des sujets de conversation dont vous reparlerez forcément lorsque vous serez l’un en face de l’autre, tâchez de l’inviter de manière correcte.

De nos jours, la plupart des forfaits téléphoniques sont illimités. Très bien. Mais ce n’est pas une raison valable pour tenir la jambe de votre future conquête. Les conversations sont semblables aux blagues, les plus courtes sont les meilleures. Je préfère de loin une discussion courte, accrocheuse et efficace plutôt qu’une discussion très longue qui ne mène nulle part. N’oubliez jamais que plus vous parlez, plus vous risquez de vous planter ! Et finalement, s’il n’y a pas de durée précise pour un appel téléphonique, vous devez simplement comprendre qu’il doit être assez long pour créer de la complicité et suffisamment court pour ne pas créer de la lassitude. C’est en partie pour cette raison que vous devez toujours être le premier à raccrocher. Il vaut mieux stopper une discussion pleinement lancée plutôt que de la laisser s’essouffler et de l’interrompre par nécessité. En procédant ainsi, vous montrez également que vous avez une vie remplie et que vous êtes une personne occupée. Nous sommes bien d’accord, tout ceci n’est valable que pour les filles que vous connaissez à peine. Par la suite, avec votre petite amie, il sera impossible d’échapper à d’interminables conversations téléphoniques. Vous n’aurez qu’à faire semblant de l’écouter.

Je t’

Related posts

Vidéo : Comment méditer régulièrement malgré le manque de temps ?

mediter

Concevoir sa piscine | 4-developers, toute ma maison !

maison

Tags: BEPOS | 4-developers, toute ma maison !

maison

Nos dossiers à la une | 4-developers, toute ma maison !

maison

169STARY94SF CLEO 2 – 4-developers

administrateur

5 idées pour se faire du bien, maintenant – 4-developers

administrateur

Le tire-lait – 4-developers

administrateur

Archives des depression – 4-developers coaching

administrateur

Pierre De Soignies | Crée-Ma-Maison

maison

I Wish – Faites un vœu (2017) Streaming VF en Français – 4-developers

administrateur

Rencontre avec Clémence, créatrice de Comptoir des Polissons – 4-developers

administrateur

Les meilleurs sites pour préparer ses menus de la semaine – 4-developers

administrateur

Être père d’un bébé allaité – 4-developers

administrateur

Tags: Décoration | 4-developers, toute ma maison !

maison

Arrêtez de trop penser :

mediter

Témoignages : la maladie de Lyme leur fait vivre un véritable enfer – 4-developers

administrateur

Ces phrases que l’on répète 10, 20, 50, 100 fois par jour – 4-developers

administrateur

Fête des mères : sélection du strict nécessaire qu'une femme doit ABSOLUMENT avoir dans son sac ! – 4-developers

administrateur

Les vernis pour enfants «kids nail colors » qui s'enlèvent à l'eau ! – 4-developers

administrateur

Destinations parfaites avec vos enfants de moins de 5 ans : mer ou campagne ? – 4-developers

administrateur

Profitez des cours de préparation à la naissance! – 4-developers

administrateur

Rencontre avec la pétillante Marie-Estelle, créatrice de Yellow Flamingo – 4-developers

administrateur

Une maison fraîche pour l'été ! | 4-developers, toute ma maison !

maison

Idée salon : comment le rajeunir ? | 4-developers, toute ma maison !

maison

Comment bien annoncer le baptême de son enfant ? – 4-developers

administrateur

Le bloc béton | 4-developers, toute ma maison !

maison

photos de Agence Schilling Communication – ONDULINE | 4-developers, toute ma maison !

maison

Êtes-vous prêt à devenir propriétaire de votre logement ? | Crée-Ma-Maison

maison

#Coronavirus : Aider les enfants à travailler seuls à la maison. – 4-developers

administrateur

Lexique – RT 2005 – RT 2012 – RT 2020 – Réglementation thermique

maison