anousparis

Sophia Aram : le fond de l'air effraie | 4-developers

Comme elle le dit elle-même, l’envie d’écrire ce spectacle (avec Benoît Cambillard, son co-auteur et compagnon de vie) lui a été inspiré par un désir de parler de l’air du temps et de l’actualité politique « après quatre années passées au sein de la Matinale de France Inter ». C’est à dire qu’elle a abordé ce spectacle, contrairement aux autres, comme une sorte de revue de presse, mâtinée d’un bilan de sa propre carrière médiatique de ces dernières années.

La jeune femme aborde donc point par point l’un et l’autre : la montée de l’islamisme radical, les bobos qui envahissent les « quartiers » (thème malicieusement abordé par un personnage, la tante Fatiha, qui en parle comme on parlerait de populations immigrées), la frénésie parfois aveugle des réseaux sociaux, les deux plus grosses ventes éditoriales de l’année (Trierweiler et Zemmour), mais aussi son « naufrage » télévisuel avec l’émission « Jusqu’ici tout va bien », sur France 2, la mort de ses copains de Charlie (l’enterrement de Charb est un passage hautement comique qui réjouirait sans doute l’intéressé), ses rencontres avec les Le Pen fille puis père, face à face au micro de la Matinale (« Comment j’étais pétée de trouille. Mes cheveux ont défrisé direct. Mieux qu’un lissage brésilien, j’avais l’arabité qui se repliait sur elle-même. Cinq minutes de plus et je terminais blonde. »)…

Sophia Aram n’est pas une bête de scène. Sa voix est fluette, ses mouvements, parfois imprécis. Mais dans l’exercice du commentaire acide, dans une certaine finesse d’écriture, où l’engagement politique de gauche est sincère (au point de manquer parfois de nuances) mais jamais dépourvu d’auto-dérision, elle excelle. Si bien qu’elle rend possible la mission périlleuse qu’elle s’était fixée : faire rire, ou tout simplement alléger l’atmosphère autour d’une actualité qui n’a rien de drôle.

Elle ne fait pas une bouchée de la salle comme un Gad Elmaleh ou une Florence Foresti dont le pouvoir comique est quasi physique. Mais elle l’emporte à l’esprit, en mettant tout de même un peu de son histoire et de ses convictions en jeu.

Note : 3/5

Related posts

Pelléas et Mélisande, le rendez-vous lyrique de ce printemps

anousparis

Soirée Petit Bain : Habibi Love spécial Nouvel An | 4-developers

anousparis

L'Ouvre Boîte : Supersonic

anousparis

Expo : Magritte au Centre Pompidou

anousparis

Sélection musicale : les albums du moment #19 | 4-developers

anousparis

Les 10 bons plans de votre week-end !

anousparis

Une patinoire éphémère au sommet de Paris | 4-developers

anousparis

5 nouveaux restaurants à Paris : juin 2018 | 4-developers

anousparis

5 adresses culturelles à Vitry-sur-Seine | 4-developers

anousparis

Les bons plans du sixième week-end de confinement | 4-developers

anousparis

22/11/63

anousparis

Malro : bar et restaurant néo-brasserie, Paris 3eme, Marais | 4-developers

anousparis

Les meilleurs clips du moment : notre sélection hebdo #18 | 4-developers

anousparis

Concerts : les Traversées du Marais | 4-developers

anousparis

MAMA Festival | 4-developers

anousparis

Le Freegan Pony, un restaurant engagé | 4-developers

anousparis

Soulwax, le retour | 4-developers

anousparis

Déménagement : et si vous laissiez faire les start-up ? | 4-developers

anousparis

Ibrik Kitchen, cuisine des Balkans Paris 75002 | 4-developers

anousparis

Les sorties ciné du 6 juillet | 4-developers

anousparis

Djoon : Jerome Sydenham, pitch perfect

anousparis

Le Pavillon des Canaux

anousparis

Salon de la réalité virtuelle Virtuality à Paris

anousparis

Soirée La Java : PWFM Winterclub | 4-developers

anousparis

Soirée Rex Club : Moodymann Plays Prince x RBMF Paris | 4-developers

anousparis

Quelles sont vos « anti-madeleines de Proust » ? | 4-developers

anousparis

Russell & Hobbs : une bouilloire anniversaire

anousparis

Les Primeurs de Massy

anousparis

Soirée OFF/Black Day

anousparis

La Cave à Michel | 4-developers

anousparis